2 Contact ]

AÉRONAUTIQUE

Se former aux différentes techniques d’assemblage et de réparation des éléments aéronautiques en travaillant sur des matériaux métalliques et composites pour répondre aux nouveaux défis liés aux évolutions technologiques du secteur.

Découvrez la filière aéronautique

Les enjeux de la filière

Depuis plusieurs années, l’industrie aéronautique et spatiale fait face à des challenges importants d’un point de vue technologique – pour répondre aux nouvelles contraintes environnementales visant à réduire la consommation, le bruit et les émissions des avions, par exemple – et industriel – pour faire face aux besoins croissants du marché.

Les métiers du secteur Aéronautique

– la fabrication des pièces de structure, l’assemblage des sous-ensembles ou des ensembles ;
– la construction ou la transformation des aéronefs ;
– la maintenance, y compris les grandes révisions périodiques ;
– la réparation ou modification de pièces de structure, de sous-ensembles ou ensembles

Les chiffres clés de la filière aéronautiques

300000

salariés

65

milliards d'euro de chiffre d'affaire

1000

entreprises

15000

embauches en 2022

La filière aéronautique française reprend le chemin de la croissance, d’après le nouveau président du Gifas et patron d’Airbus, Guillaume Faury. Les entreprises doivent de nouveau embaucher, notamment pour soutenir les hausses de cadences d’Airbus. Mais elles font face à une pénurie de compétences. A tel point que les entreprises du secteur devraient embaucher en France entre 10 000 et 15 00 personnes en 2022, selon les représentants de la filière.
Airbus a dévoilé un calendrier ambitieux de remontée des cadences pour sa famille de monocouloirs A320. Une bonne nouvelle qui va donner de l’air à toute la filière.

“Pour la première fois en octobre 2020, la stratégie hydrogène d’Airbus vient déjà de connaître une évolution. Le groupe toulousain vient en effet de déposer un brevet pour protéger une invention visant à monter six monteurs indépendants, tous alimentés par de l’hydrogène liquide, sur un avion régional. Intégré dans le programme « Zéro Emission » qui doit aboutir en 2035 à un avion commercial, ce concept repose sur six moteurs amovibles à huit hélices contenant une pile à combustible. Chaque blocmoteur, les « pods » est alimenté par un réservoir d’hydrogène. S’y ajoutent des moteurs électriques et de l’électronique de puissance. L’intérêt de multiplier les moteurs est double. Plus d’endurance et de distance.
Concrètement, cela signifie que cet avion pourra emporter davantage de passagers sur des distances plus longues…” (extrait article La Dépêche du Midi)